Jalons de la dissidence

09 mai 2017

Annonce pour les temps venus de la Dissidence

Les jeux ont ainsi été faits que les résultats du second tour de la stupéfiante campagne de la présidentielle 2017 étaient prévisibles -et cela depuis plusieurs mois, depuis l’opération « Pousse toi Fillon que j’y mette Macron » sachant qu’au second tour, par effet de répulsion anti-Le-Pen soutenue comme il se doit par une grande kermesse antifa, Macron serait mécaniquement désigné. Macron, l'élu du trucage universel, n'aura aux yeux des non dupes aucune légitimité. Les institutions de l'Etat français -de la France qui se révèle être une République oligarchique bananière- sont dorénavant radicalement minées. En attendant leur écroulement, préparé par ceux-là même qui veulent par tous les moyens préserver leur pouvoir, rien ne nous oblige plus à reconnaître les institutions qui ont trahit leur mission (comme la Justice dans son devoir d’impartialité) et celles qui vont être confirmées et renforcées par la grâce de la sensationnelle opération de détournement/réorientation des votes mise en place fin janvier (qui s’est avérée être l'exact équivalent d'un bourrage des urnes) : à savoir le parlement, le gouvernement et tous les appareils aux ordres qui vont suivre le placement de la fameuse « clef de voûte ». Pour les hommes et femmes conscients du tour qui vient d'être joué et qui se refusent aux petits « accommodements raisonnables » en cours, la décence veut que, à la manière de ce qui s'est passé dans les pays de l'Est ou dans certains pays d’Amérique du Sud, ils entrent en dissidence, qu'il refusent dans tous les cas d'obéir aux ordres et injonctions du Système (faute de meilleur court terme) qui s’est aussi efficacement qu'effontément dévoilé.

Comment ?

Il serait possible, certes, de réclamer une commission d'enquête qui fasse la lumière sur l'opération de détournement des votes organisée par l'informelle junte politico-médiatico-judiciaire (selon la manière qu’a notre régime d'user de la séparation des pouvoirs en montant ou en orientant les réseaux, en les consanguinisant puis en les coalisant contre tout ce qui le gêne), mais se serait inutilement rêver*. Qui de fait mènerait cette enquête sinon la junte elle-même ? ( Ce qui permet au passage de faire sentir que notre régime politique ne dispose plus de voies de recours crédibles : il n’y a plus désormais -et c’est ce qui est important de bien comprendre- de véritables contre-pouvoirs institutionnels, les pseudo-contre-pouvoirs jappant en un beau concert quasi unanime au cours du premier et du second tour du manège se sont révélés être en fait les bons chiens de garde du cœur du système.)

On doit, pour commencer, résister au mensonge institutionnalisé jusqu’à ce qu’un jour il tombe. Cela selon la simple et forte proposition commune à Soljenitsyne et à Jean-Paul II : à savoir que le régime ne tient que par le mensonge (mensonge sémillant en dictatures soft), que la victoire n'est possible que dans la vérité, mais qu'en ce cas elle est certaine. Le bourrage des urnes de 2017 est passé par le lent et long travail de bourrage des crânes et de brouillage des cœurs ; le poisson France a pourri et continue de pourrir par les médias, l'éducation et la culture -ou ce qui en tient lieu. Un grand remplacement intellectuel et moral a de fait précédé et préparé les remplacements démographiques et autres opérations de mutations idéologiques et bientôt transgéniques. Aux nouveaux dissidents, de combattre pied à pied, de ne plus laisser dire sans réagir les manipulations des médias aux ordres et les prêches unilatéraux des intellectuels et amuseurs organiques qui maquillent le réel, égarent en consacrant les fausses valeurs, distribuent thèmes et signes qui permettent aux individus contaminés, munis de pauvres petits bulletins de vote et de consciences affaiblies, de ne pas sentir la maladie qui les gagne et, dans ce mouroir des âmes (et paradoxal refuge des migrants) qu'est devenu l'Occident, d'applaudir aux spectacles qui leur sont gentiment offerts pour les distraire, les abrutir et les calmer. Avant même d’entreprendre des actions plus directes, il faudra de toutes les manières -et ce travail sera de longue haleine sur un chemin balisé de Goulags de nouveaux genres (très soft eux aussi pour commencer)- désintoxiquer la France de la souriante

soumis jamais

imposture savamment entretenue par le bain sémiotique mortel dans laquelle elle est plongée.

 

* Comme le recours en nullité du pauvre Fillon en apportera bientôt la preuve.

Posté par Brice Briselance à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]